Guinée-Bissau enregistre les trois premiers cas de Zika

Le virus Zika présent en Afrique, selon l'OMS (Juillet 2019).

Anonim

La Guinée-Bissau a enregistré trois cas de Zika, devenant le deuxième pays d'Afrique de l'Ouest où la dangereuse maladie virale a été détectée, a déclaré samedi le gouvernement.

"Trois cas de contamination par le virus Zika ont été confirmés", a déclaré le ministre de la Santé, Domingos Malu, dans un communiqué.

Les cas ont eu lieu dans l'archipel des Bijagos, un groupe de 88 îles dont 23 sont habitées, a déclaré Malu lors d'une réunion du cabinet vendredi.

Le communiqué ne donnait pas plus de détails sur les trois cas, leur emplacement ou la manière dont la maladie était arrivée sur les Bijagos.

Une source hospitalière a indiqué à l’AFP que des enquêtes étaient en cours, mais que le premier cas aurait eu lieu au début du mois dernier à Bubaque, l’une des îles Bijagos.

Ancienne colonie portugaise de 1, 6 million d’habitants, la Guinée-Bissau souffre d’une pauvreté et d’une instabilité chroniques.

Auparavant, le seul autre pays d'Afrique de l'Ouest où Zika avait été détecté était le Cap-Vert, un archipel situé dans l'Atlantique, où 7 500 cas ont été enregistrés depuis octobre 2015.

Le communiqué de samedi indiquait que les autorités prenaient des mesures pour empêcher la propagation du virus transmis par les moustiques.

Il a annoncé la création d'une commission anti-Zika, composée de plusieurs ministres sous l'autorité du Premier ministre Baciro Dja.

Le zika est bénin chez la plupart des gens, mais a été associé à une microcéphalie - un rétrécissement du cerveau et du crâne - chez les bébés et à des problèmes neurologiques rares tels que le syndrome de Guillain-Barré, pouvant entraîner la paralysie et la mort.

Lors d'une épidémie qui a débuté l'an dernier, environ 1, 5 million de personnes ont été infectées par le virus Zika au Brésil et plus de 1 600 bébés nés avec une tête et un cerveau anormalement petits.