La diminution du volume des cellules adipeuses améliore la sensibilité à l'insuline

La diminution du volume des cellules adipeuses améliore la sensibilité à l'insuline

Cette combinaison fait des miracles au bout d’une semaine seulement | Santé 24.7 (Mai 2019).

Anonim

Selon une étude publiée en ligne le 23 avril dans Diabetes Care, chez les femmes obèses, une réduction du volume des cellules adipeuses après chirurgie bariatrique est fortement associée à une amélioration de la sensibilité à l'insuline.

Daniel P. Andersson, du Karolinska Institutet de Stockholm, et ses collègues ont examiné si les variations du volume des cellules adipeuses et de la masse grasse étaient en corrélation avec une amélioration du profil de risque métabolique dans une cohorte de 62 femmes obèses ayant subi un pontage gastrique. Le volume et le nombre de cellules graisseuses ont été mesurés dans le tissu adipeux sous-cutané abdominal avant et après le RYGB.

Les chercheurs ont observé une diminution de 33% du poids corporel avec le RYGB, accompagnée d'une diminution du volume, mais pas du nombre, d'adipocytes. Après RYGB, il y avait une diminution de la masse grasse dans les régions mesurées et une amélioration de tous les paramètres métaboliques (P <0, 0001). Une forte corrélation a été observée pour la réduction de la taille des cellules adipeuses sous-cutanées et l'amélioration de la sensibilité à l'insuline (p = 0, 0057), mais cette corrélation n'a pas été observée pour les modifications régionales de la masse grasse, à l'exception de. Après la perte de poids, il y avait une altération de la relation courbe-linéaire entre la taille des cellules adipeuses et la masse grasse (p = 0, 03).

"Une relation altérée entre la taille des adipocytes et la masse grasse peut être importante pour améliorer la sensibilité à l'insuline après la perte de poids", écrivent les auteurs. "La réduction de la taille des cellules graisseuses pourrait constituer une cible pour améliorer la sensibilité à l'insuline."

L'étude a été partiellement financée par la Fondation Novo Nordisk et l'Association européenne pour l'étude du diabète / Lilly.